Langue
RETOUR

Il est temps de traiter l'air pur comme un actif incorporel

30 Juin 2021 – 3 Min

L'économie britannique souffre du coronavirus. Pour nous remettre de ces longs confinements, nous devons rouvrir les entreprises à grande échelle.

Il est de notoriété publique que le contact personnel et les brainstormings stimulent l'innovation et le changement, tout en entretenant la culture d'entreprise. La plupart des entreprises souhaitent donc que leur personnel revienne au bureau, au moins à temps partiel, afin que leurs actifs corporels physiques puissent à nouveau créer de la valeur.

La résistance s'organise

But workers are resisting companies’ attempts to lure them back into the office and, in the USA, it’s even suggested that some employees will quit instead of giving up working from home. That may be a stretch, but for many who do want to come back, albeit with a balance between office and home working, reassurance is critical. Just as people expect pure water from the tap, hygienic food from the shops, and sanitary office facilities, they also now expect clean air at their place of work.

Cette anxiété est compréhensible, car les récentes recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et du HSE (inspection du travail dans les domaines de la santé et sécurité au travail au Royaume-Uni) mettent beaucoup plus l'accent sur la transmission de la Covid-19 par inhalation de gouttelettes en suspension dans l'air, plutôt que par contact avec des surfaces contaminées. Si les entreprises veulent tirer profit de leurs bureaux, l'air pur doit figurer en tête des priorités en termes de gestion des infrastructures.

Une solution simple pour la qualité de l'air

The pursuit of clean air may give companies a headache, caught between the remit of their own company and that of their property managing agent. Fortunately, there is a simple solution. It is relatively easy to measure air quality and determine if there’s a gap between existing workplace air quality and that recommended by the WHO and UK SAGE Committee.

L'OMS recommande d'utiliser un purificateur d'air pour combler l'écart entre les exigences minimales en litres par personne et par seconde et les capacités de la ventilation existante. Les entreprises peuvent placer des purificateurs d'air portatifs sans aucune intervention sur la structure du bâtiment. Fonctionnant en tandem avec les systèmes de de CVC, ceux-ci peuvent sans problème assurer le taux optimal de renouvellement de l'air par heure en cumulé.

L'importance de la technologie

With many air purifier devices on the market, management may need more guidance. The SAGE committee provides that in its November 2020 report on air cleaning devices to combat SARS-CoV-2 transmission. Two technologies are recommended, fibrous filtration (HEPA) and germicidal UV (UVC), which together trap and destroy Coronavirus. SAGE also stresses the importance of independent laboratory testing to ensure efficacy and avoid any side effects, such as respiratory problems or skin irritation.

Further evidence of the efficacy of HEPA filtration and UVC light is available from trusted sources.  The diameter of the SARS-CoV-2 virus has been found to range between 50 nm to 140 nm, or 0.05 to 0.14 microns and research by NASA proves that HEPA filters are most efficient at capturing ultrafine particles below 0.3 microns in size, as well as larger particles. The larger sizes are arguably more important as the virus is carried in airborne aerosol droplets, over 10 microns in size, that protect it from evaporation. 
Having trapped the virus, it must then be destroyed: a recent study by the Henry Ford Health System shows that UVC light is effective for killing Covid-19 on N95 respirators. Since the threshold for Covid-19 infection is estimated at only 300 virus particles, whereas an inhaled viral infection typically requires 1,950 to 3,000 virus particles,  the case for air purification is even stronger.

Valeur ajoutée au-delà de la Covid

L'air pur jouera un rôle essentiel pour favoriser le retour au bureau. Bien qu'il soit difficile d'avoir un chiffre exact, certaines études démontrent que la réduction de l'absentéisme, une santé soutenue et une productivité accrue sont des avantages directement liés à la qualité de l'air.

Aux États-Unis, la facture des maladies liées à la mauvaise qualité de l'air s'élève à 150 milliards de dollars par an. Sur ce montant, 93 milliards de dollars représentent une perte de productivité due aux maux de tête, à la fatigue et aux irritations associées au syndrome du bâtiment malsain. Le World Green Building Council rapporté qu'après avoir purifié leur air intérieur, les employeurs ont noté une augmentation de la productivité sur le lieu de travail allant jusqu'à 11%. Pour aller encore plus loin, une étude de Harvard a montré qu'une qualité d'air supérieure permet une augmentation de 61% des scores cognitifs dans neuf domaines fonctionnels, y compris la gestion de crise, la stratégie et le niveau de concentration.

L'air pur est sous-valorisé. Bien qu'il ne se retrouve probablement pas sur les bilans comptables, il devrait faire être partie intégrante de l'image de marque des entreprises. La réputation est reconnue depuis longtemps comme un actif incorporel, mais celle-ci est tournée vers l'extérieur. Dans le climat actuel de Covid, la santé et la sécurité des acteurs internes de l'entreprise ont plus d'importance que jamais. Leur bonne volonté et leur retour au bureau en dépendent.

Tel que publié dans Business Post, juin 2021

#airpurifier actifs air pur CleanOfficeAir employé santé et sécurité qualité de l'air intérieur Rensair bien être

Demander un devis

Décrivez vos besoins et obtenez votre devis dans les 24 heures

DEMANDEZ UN DEVIS

Parler a un expert

Réservez une consultation gratuite avec l'un de nos experts techniques

Réservez votre consultation
Close

Looks like you're visiting Rensair from the US. We recommend that you go to our dedicated US site

Close

It looks like you are visiting Rensair from the Hong Kong region. We recommend that you go to our dedicated Hong Kong site.