Langue
RETOUR

L'air pur doit-il être considéré comme un droit fondamental du travail?

19 Août, 2021 – 5 Min

Si le pays veut se remettre sur pied sur le plan économique après la pandémie de COVID-19, les travailleurs doivent reprendre le présentiel. 

Beaucoup disent que le travail de demain sera différent, les employés demandant davantage d'équilibre entre le présentiel et le télétravail. D'un autre côté, certains employeurs demanderont toujours un certain degré de présence physique. La croissance et la prospérité futures en dépendent. Comme l'a récemment déclaré le PDG d'Apple, Tim Cook, il y a certaines choses que l'on ne peut pas faire ou obtenir en vidéoconférence.

Les employés exigent un air pur

Mais il existe des signes de l'inquiétude des employés, et pas seulement de la part du personnel d'Apple. Certains s'inquiètent de la santé et de la sécurité, tandis que d'autres se sont habitués et préfèrent à travailler à distance, et s'estiment même plus productifs ainsi. Les employeurs peuvent raisonnablement faire valoir les avantages d'être au bureau et mettre en avant l'innovation et la créativité que permettent le fait de se retrouver ensemble. Mais il n'est pas si facile d'apaiser les craintes liées à la santé.

Les employés voudront peut-être savoir quelles mesures sont prises pour garantir leur sécurité. Peut-être savent-ils que selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la transmission par voie aérienne est le plus grand risque d'infection, plutôt par les surfaces contaminées. Et cela ne fera que s'accentuer aux vues des nouveaux variants du COVID qui seraient 40% plus contagieux. 

Les attitudes évoluent et, de la même manière que nous voulons tous une eau du robinet propre, nous voulons aussi un air pur. Plus qu'une attente, cela fait partie des droits du travail.

À l'heure actuelle, bien qu'elles ne soient pas appliquées sur le plan légal, des directives ont été fixées par le conseil scientifique britannique (comité SAGE) et l'OMS. S'il existe un écart entre la qualité de l'air existant sur le lieu de travail et les niveaux recommandés, le problème est simple à corriger avec des purificateurs d'air portatifs de qualité hospitalière pour compléter les systèmes de ventilation existants. 

La technologie est essentielle

De part l'abondance de dispositifs de purification de l'air sur le marché, la sélection peut être un parcours du combattant, c'est pourquoi le comité SAGE britannique a émis deux conseils très clairs. Premièrement, il recommande des purificateurs d'air utilisant des technologies soustractives, et plus particulièrement la filtration fibreuse (HEPA) et les UV germicides (UVC), qui sont conçus pour éliminer et inactiver la COVID-19 de l'air intérieur sans effets secondaires. Deuxièmement, il souligne l'importance des tests effectués par des laboratoire indépendants lorsqu'on cherche le dispositif de purification d'air le plus adapté.

Le comité SAGE note également qu'il existe peu de données probantes concernant l'efficacité contre le SRAS-COV-2 des technologies additives, injectant des substances dans l'air pour éliminer les particules, inactiver les micro-organismes et/ou réagir avec des contaminants chimiques. De telles technologies - dont les ioniseurs, le plasma, l'oxydation chimique, l'oxydation photocatalytique et la précipitation électrostatique - peuvent également générer des produits chimiques secondaires indésirables pouvant avoir des effets secondaires sur la santé comme des irritations respiratoires ou cutanées. Ces dispositifs ne sont donc pas recommandés à moins que leur innocuité et leur efficacité ne puissent être démontrées scientifiquement et sans équivoque par des données de test pertinentes.

La position du gouvernement se précise

A new report on infection resilient environments has been published by the Royal Academy of Engineering and its partners in the National Engineering Policy Centre. Commissioned by the UK government’s Chief Scientific Adviser, Sir Patrick Vallance, it calls for improved ventilation and air cleaning in public spaces to help prevent the transmission of COVID-19 and future viruses.  Like SAGE, the report notes that air cleaning using high efficiency particulate air (HEPA) filters and germicidal ultraviolet light (UVC) can be effective at reducing infection risks in locations where good ventilation is difficult to achieve. It also highlights the need for new regulation and advises users to seek evidence to substantiate manufacturers’ claims.

The UK Chartered Institution of Building Services Engineers’ (CIBSE) July 2021 report on air cleaning technologies comes to the same conclusion and cites concurring views from the WHO, US Centers for Disease Control and Prevention (CDC), and Federation of European Heating, Ventilation and Air Conditioning Associations (REHVA), in addition to SAGE.

Les politiciens font pression

Dimanche 18 Juillet, Jonathan Ashworth, Secrétaire d'État à la Santé et à la Sécurité Sociale du cabinet fantôme à appelé le gouvernement à mettre des subventions à la disposition des bureaux et écoles pour leur permettre d'installer des systèmes de filtration HEPA. Il a déclaré à juste titre que "certaines de ces unités de filtration sont relativement discrètes" et constituent une mesure préventive efficace dans la lutte contre la propagation de la COVID-19. Il a également fait part de leur prix abordable et a suggéré qu'ils pourraient facilement être placés dans chaque école pendant les vacances d'été.  

Retour sur investissement - avantages concrets

Les purificateurs d'air HEPA portatif ne représentent en effet qu'une fraction de l'investissement dans un système de CVC intégré et peuvent être installés immédiatement, sans aucune interruption. Leur valeur ajoutée réside également dans leur aspect multitâche, car en plus de détruire les particules de COVID-19, ils s'occupent également des bactéries, des allergènes, des spores de moisissures et des particules toxiques émises par les véhicules. 

Le retour sur investissement est bien plus qu'il n'y paraît. La consommation énergétique est comparable à celle d'un réfrigérateur-congélateur et, en purifiant l'ait plutôt que de ventiler l'air extérieur, les factures d'énergie s'en trouvent réduites (ainsi que la pollution contenue dans l'air extérieur). Si l'on considère que tout apport d'air extérieur doit être chauffé en hiver, un purificateur d'air permet de réduire les entrées d'air frais, économisant ainsi sur les factures de ventilation et de chauffage. De même, en été, cela permet de réaliser des économies d'énergie en ventilation et en climatisation.  

Retour sur investissement - avantages indirects

Outre les avantages tangibles en termes de coûts, il ne faut pas sous-estimer les avantages moins tangibles en termes de productivité liés à un air pur. Les avantages suivants ne sont pas que des petites phrases, mais proviennent de sources respectées:

  • Fondation Philips et Université de Manchester: En maintenant une réduction des niveaux de pollution de l'air de 20% dans les classes, le développement de la mémoire de travail d'un enfant peut s'améliorer de 6%..  
  • National Oceanic and Atmospheric Administration: Aux États-Unis, la facture des maladies liées à la mauvaise qualité de l'air s'élève à 150 milliards de dollars par an. Sur ce montant, 93 milliards de dollars représentent une perte de productivité due aux maux de tête, à la fatigue et aux irritations associées au syndrome du bâtiment malsain. 
  • World Green Building Council: after cleaning the indoor air, employers have seen workplace productivity increase by up to 11%.
  • Harvard’s Center for Health and the Global Environment: research showed that, with better air quality, cognitive scores were 61% higher across nine functional domains, including crisis response, strategy, and focused activity level.

The CIPD advises companies to consult with employees about their return to the workplace and to discuss proposed new infection control arrangements. With the argument for ongoing remote working building momentum, clean air is one issue that can be easily ticked off, giving employers the confidence to switch WFH to hybrid working, if not a full return to the office.

Avec les purificateurs d'air portables, les employeurs peuvent reconnaître le droit fondamental de leurs employés à respirer un air sain, les encourager à revenir au bureau et à remettre l'économie du pays sur pied.


By Edward Ballsdon, Co-founder and Managing Director, Rensair, as published in Work In Mind.

technologie additive oxydation chimique air pur CleanOfficeAir covid19 employé employeur emploi santé hepa13 QAI qualité de l'air intérieur photocatalytique plasma RAE Rensair RSI la sécurité SAGE uvc ventilation OMS télétravail

Demander un devis

Décrivez vos besoins et obtenez votre devis dans les 24 heures

DEMANDEZ UN DEVIS

Parler a un expert

Réservez une consultation gratuite avec l'un de nos experts techniques

Réservez votre consultation
Close

Looks like you're visiting Rensair from the US. We recommend that you go to our dedicated US site

Close

It looks like you are visiting Rensair from the Hong Kong region. We recommend that you go to our dedicated Hong Kong site.